Édition 2013

De la recherche plein les yeux : de jeunes scientifiques s’emparent de la caméra pour expliquer leur sujet de recherche par le biais d’un court-métrage de cinq minutes ! À travers une démarche originale, ils vous offrent leur vision de la recherche. Venez en débattre avec eux !

 

Les organisateurs de l’édition 2013 :

Elise Banjenec, Marie Benoit, Ségolène Berthou, David Jurado, Fatoumata Kebe, Nicolas Lemonnier, Aveline Lempereur, David Oriol, Matthieu Siebentritt, Myriam Smadja, Damya Souami, Sandra Touati

 

Le jury 2013

Xavier-MAUDUIT jury 2013

Xavier Mauduit – Président du jury

Depuis 2012, Xavier Mauduit est Docteur en Histoire à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne. Ses travaux de recherche sur « La maison du prince-président et la Maison de l’empereur » (1848-1870) seront prochainement publiés. Egalement agrégé en Histoire, Xavier Mauduit co-anime avec Philippe Collin et Frédéric Bonnaud l’émission culturelle « Personne ne Bouge » depuis janvier 2012, le dimanche sur Arte. Durant trois ans, Xavier Mauduit et Philippe Collin ont présenté le magazine culturel « Downtown » sur France Inter, sous la forme d’une interview avec un invité. Ils s’étaient faits connaître en 2005 dans la grille d’été de France Inter avec leur emission « Comme un Ouragan« . Par la suite, le magazine « Panique au Mangin Palace » a duré cinq saison et a reçu en 2007 le  prix du meilleur programme radio au New York Festival, dans la catégorie « Information/Documentary », sous-catégorie « Magazine Format ».

Marie France Zumofen jury 2013

Marie France Zumofen

Depuis novembre 2010, Marie-France ZUMOFEN est directrice adjointe de Gobelins, l’école de l’image, responsable des formations initiales du site Paris et en charge de l’innovation et de la recherche. Dans les domaines de la Recherche et du Développement, Marie-France ZUMOFEN a notamment supervisé l’engagement de GOBELINS dans différents programmes de recherche en consortium (VAUG sur la ville augmentée, SEBASTIAN2 sur le travail collaboratif en haut débit,  OPC, LOCUPLETO et FIRE sur le Digital Publishing…), initié la création de ProLAB, l’incubateur et la coopérative de projets de l’école, et piloté l’ouverture d’un laboratoire d’ErgoDesign en partenariat avec le LUTIN.

Denis-savoie jury 2013

Denis Savoie 

Denis Savoie a dirigé le planétarium et le département astronomie-astrophysique du Palais de la découverte. Il est aujourd’hui le Directeur de la Médiation Scientifique et de l’Education à Universcience (Palais de la découverte-Cité des Sciences et de l’Industrie) et chercheur associé au SYRTE à l’Observatoire de Paris.

Michel Meybeck jury 2013

Michel Meybeck

Michel Meybeck est Directeur de Recherche émérite au CNRS et a participé à de nombreux travaux liant les problématiques de contamination des eaux de surface et des estuaires avec le cycle des nutriments et des métaux . Il a pris part à de nombreux programmes internationaux visant à étudier les hydrosystèmes dans leur globalité pour le maintien de la préservation de l’environnement de l’échelle locale de la Seine et à l’échelle globale. En outre de son aspiration pour la science, il aborde les problématiques dans leur ensemble, avec une vision sociale, géographique et historique. Sa passion pour l’Auvergne – il reconstitue le passé très redoutable du lac Pavin, mélangeant dragons et géochimie –  ne sera pas pour nous déplaire.

Les œuvres récompensées

Décision en cascade

Prix des lycéens et prix du public

Une doctorante en neurosciences étudie comment l’humain s’adapte à son environnement et de prend des décisions appropriées. Un jour, sa meilleure amie la met au défi de surmonter sa timidité et d’aborder un homme à la prochaine occasion.

 

Elle se retrouve alors au cœur de sa propre question de recherche. Son cerveau doit évaluer la situation pour lui permettre d’agir. Or une décision impulsive ou contrôlée aura des conséquences radicalement différentes. Saura-t-elle faire le choix adapté?

Réalisé par :

Muriel Ekovich, doctorante au Laboratoire de Neurosciences Cognitives (ENS / Inserm).

Antoine De Ducla, étudiant en Master de cinéma à l’Université Sorbonne de Paris 3.

Jean Marc Guillaume, photographe/retoucheur indépendant.

La voyageuse, l’indienne et la doctorante

Prix du jury

Au début du XIXè siècle, l’auteure britannique Anna Jameson rejoint à contrecœur son mari au Canada. Elle passe six mois transie de froid et d’ennui à Toronto puis, l’été venu, elle décide de partir seule découvrir le pays et les Indiens, une entreprise exceptionnelle pour une femme à cette époque. À son retour, elle se sépare de son mari et rentre en Angleterre. Au début du XXIè siècle, une doctorante en littérature anglaise étudie le récit qu’elle a tiré de ce voyage, Winter Studies and Summer Rambles in Canada. Aujourd’hui, notre chercheuse analyse une scène phare du récit, lorsque Anna Jameson raconte qu’elle a descendu des rapides en canoë, puis s’est fait adopter par des Indiens. Observons cette scène de plus près et lisons entre les lignes : est-ce un document historique ? une mise en scène ? un symbole de libération de la femme ?

Réalisé par :

Anne Florence Quaireau, doctorante au Centre de recherche de Voix Anglophones et Littérature Esthétique (VALE / Paris Sorbonne).

Charles Brasart, doctorant au Centre de Linguistique Théorique et Appliquée (CELTA / Paris Sorbonne).

Les autres œuvres

la pluie la mer et moi 2013

La pluie, la mer et moi

Par Ségolène Berthou

C’est l’histoire d’une petite goutte d’air qui se promène sur la mer Méditerranée en automne, quand celle-ci est encore chaude : elle prend en sauna en plein vent et s’empiffre d’humidité. Mais vient alors que les vents la transportent au dessus de la Terre, dans le Sud de la France… elle se voit contrainte de monter sur le massif Central. Hélas, elle se dilate et a de plus en plus froid lors de son ascension : elle ne peut plus supporter la masse d’eau qu’elle avait si bien gagné : l’eau tombe et il pleut très fort : ce sont les orages Cévenol. La petite goutte s’excuse auprès des habitants… si elle avait su les dégâts que cela fait sur les hommes, elle n’aurait pas été si gourmande en eau ! Cette animation sera suivie de quelques images de mesures par ballons, bateaux et avion de cette humidité sur la Méditerranée et d’images de modèles numériques. Le but de ma thèse est, grâce à ces outils, de comprendre mieux comment la petite goutte se charge en eau et comment sa trajectoire est influencée par la température de la mer

Voir sur Dailymotion
Le paradoxe 2013

Le paradoxe

Par Hugolin Bergier

Le paradoxe de Russell… Quand on s’est rendu compte du bug à l’observatoire logico-métaphysique du Système, c’était trop tard. Le monde avait déjà commencé à s’écrouler… littéralement. L’architecte était totalement dépassé, pour lui le système était parfait, logique, mathématique. il a réuni une équipe de sauvetage spéciale. Antoine était un spécialiste des quêtes aventurières et des voyages temporels, Damien avait une parfaite maîtrise du système et savait comment le modifier. Quant à moi… moi, j’étais juste un logicien qui ne comprenait pas comment on avait pu en arriver là. L’architecte nous a envoyé à Jena, en Allemagne, le 19 juin 1902, date à laquelle Frege reçu la lettre de Russell énonçant le paradoxe. Et nous voilà à la l’Université de Jena dans l’espoir de trouver une solution au paradoxe. Jamais je n’aurais cru le Système aussi fragile…

Voir sur Dailymotion
On dirait qu'il parle 2013

On dirait qu’il parle !?

Par Alex Mesnil

Le langage tel que nous l’utilisons quotidiennement est pluriel, il varie en fonction d’un contexte, de l’écriture ou de l’oralité, son vocabulaire dépend des thématiques abordées…
Alex, en thèse de mathématiques vise à rendre compte de ces phénomènes en vue d’améliorer la reconnaissance vocale de son ordinateur, mais il est confronté aux réalités quotidienne de la thèse et ses aléats émotionnels.
Un jour le programme d’Alex fonctionne, mais cela va plus loin que ce qu’il imaginait: son ordinateur lui parle, puis prend possession de son corps, et se targue d’être paré à tout pour se faire passer pour lui.
Il échouera finalement devant la complexité d’un échange avec la petite amie d’Alex.

Voir sur Dailymotion
des débris très spatiaux 2013

Des débris très spatiaux !

Par Fatoumata Kebe

Un groupe d’amis regarde une interview traitant des débris spatiaux. En effet, l’un d’entre eux fait un doctorat sur les débris et grâce à un programme informatique secret qu’il a crée, il trouve l’endroit où tombe un débris. Tout le groupe d’amis se ruent à l’extérieur pour arriver les premiers sur le lieu où le débris est tombé. Ils n’ont pas le temps de célébrer leur nouvelle fortune qu’ils se font enlever par des agents secrets. On retrouve le groupe d’amis prisonniers dans un sombre local. Mais pourquoi ont-ils été enlevés, est-ce seulement à cause du débris ou alors est-ce un complot…

Voir sur Dailymotion
Rencontre fusionnelle 2013

Rencontre fusionnelle

Par Claire François Martin, Isabelle Motta et Benjamin Ravaux

Trois doctorants cherchent à élucider certains mécanismes de la fécondation. Sous leur microscope, SP12Y accompagné de  plusieurs autres « vaisseaux spermatozoïdaux » se lancent dans une épopée universelle où un seul élu transmettra son code génétique à l’ovule. Après avoir traversé l’ultime barrière de protection et adhéré à la membrane de ce dernier, SP12Y doit encore y fusionner rapidement. En effet, les autres spermatozoïdes ne sont pas loin et tentent eux aussi d’accomplir la fécondation. Entre une communication brouillée avec l’ovule à peine mature et le temps qui défile ; la catastrophe n’est pas loin…

Voir sur Dailymotion
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le suspect doit s’ioniser pour être démasqué

Quentin Dumont et Jean Boulicault

Après avoir perdu au tournoi mondial de mikado où elle était arrivée en finale, Miss Châtelaine-de-la-Palisse, la grande favorite, suspecte son concurrent de s’être dopé. Elle fait appel à deux étudiants en thèse pour enquêter sur cette mystérieuse histoire, leur fournissant comme unique pièce à conviction un échantillon liquide bu par son adversaire durant le match. Nos détectives n’ont d’autre choix que de recourir à leur arme secrète : la spectrométrie de masse, une technique qui permet de peser jusqu’aux plus petits composés. En soumettant les molécules suspectes à diverses épreuves qui reflètent le fonctionnement d’un spectromètre de masse, les doctorants sont capables de certifier la présence ou l’absence d’un dopant dans l’échantillon. Le finaliste était-il effectivement dopé ? Est-ce que Miss Châtelaine va enfin remporter le trophée qu’elle désire tant ? Toutes les réponses dans « Le suspect doit s’ioniser pour être démasqué » !

Voir sur Dailymotion
Le sociologue et le physicien 2013

Le sociologue & le physicien

Par Emilien Schultz

Peut on faire de la recherche sur les chercheurs ? Le sociologue des sciences va dans les laboratoires pour aller observer la science en train de se faire. Comment le travail au jour le jour des chercheurs, qui discutent autour de la machine à café, devient la Science avec une majuscule des manuels ? Suivons le sociologue qui contacte le physicien pour lui demander s’il peut venir l’observer. Aux yeux du physicien, ceux qui étudient le monde social, les sociologues, sont bien peu scientifiques et n’ont aucune chance de comprendre les « vraies » sciences. Compréhensif, il accepte cependant. Et c’est vrai qu’au début, le sociologue se casse les dents sur les concepts compliqués de la physique. Les physiciens du laboratoire en rigolent autour de la machine à café : ce sociologue n’a pas vraiment l’air d’un scientifique, à passer la journée assis sur un tabouret, à prendre des notes dans son carnet et à poser des questions. Après quelques temps, fatigué de ne rien comprendre, le sociologue est prêt à renoncer. Jusqu’à ce qu’il se dise qu’il ne doit pas poser les bonnes questions : bien sûr qu’il n’arrivera pas à parler en quelques jours le même langage que le physicien, avec ses concepts compliqués. Non, en tant que sociologue, il doit plutôt regarder tout le reste : de quoi le physicien à besoin pour travailler, quels instruments il utilise, avec quels collègues il collabore  et d’où vient l’argent qui finance ses recherches. Car il ne faut pas oublier que si le physicien peut travailler, c’est grâce aux moyens qu’il a autour de lui : sans collègues et sans argent, pas de recherche, et pas de recherche, pas de connaissance scientifique !

Voir sur Dailymotion

La galerie photos

Ils en parlent

DOCTEO

Une série d’interviews des lauréats, membres du jury et organisateurs de l’édition 2014 du Festival de courts-métrages « Les  Chercheurs font leur cinéma » réalisées par notre partenaire Docteo.

Voir les interviews